What about Barbie?

Good evening to you all! I hope you have enjoyed my posts on the history of dolls. I liked reading about the universe of dolls, which allowed me to better position myself as a doll artist. At the end of this post, you will find some references at the end of the page for those who are interested. However, I believe that many of you might be a little disappointed, in the fact, that I did not talk enough about the famous Barbie doll. In fact, I had no intention of talking about her in my posts. I wanted to give more space to talented independent artists and innovative companies of the present, but also of the past and to generally explain the history of dolls. On the other hand, it would be shameful not to admit that the history of Barbie’s in terms of numbers are impressive and it is on this note that I will talk about her.

The little story of Barbie

Whether we like to admit it or not, Barbie was born from a copy of the German doll, Bild Lilli. This doll was created in the early 1950s and was presented at a fair in Munich. After the departure of their associate, Mr. Mattson, the Handler couple, Elliot “the creative” and Ruth “the commercial”, quickly impose Mattel as the #1 toymaker leader in the United States, but also abroad.

At that time, Ruth toured Europe looking for ideas and contracts. It is said that on a trip to Germany that she discovered in 1955 a very popular cartoon character: Lilli. This Lilli was designed initially as a character by the German daily Bild Zeitung and became a doll for adults. It is said that when she saw her daughter playing with cardboard figurines which she dressed, that Ruth Handler had the idea of creating a three-dimensional doll in which girls could projected themselves: a doll with real clothing and accessories. Her fine and slender silhouette was developed by the famous designer Jack Ryan.

Barbie in numbers

-According to the Chicago Tribune, it is estimated that there are in the United States more than 100,000 serious Barbie doll collectors.

-45% of them annually spend $ 1000 for their dolls

-85% are women in their 40s.

-Each collector has on average 20 Barbie dolls.

-¾ of them see it, as an excellent source of investment, especially when it comes to vintage dolls for the period (1959-1970).

-Mattel has said to have sold 650 million dolls worldwide since 1959

Haute Doll Magazine
Doll Magazine
Antique Doll Magazine
Doll Collector Magazine
The Complete Unauthorized Guide to Vintage Barbie Dolls® & Fashions
Madame Alexander Collector’s Dolls Price Guide #34
Madame Alexander Dolls: An American Legend

Bonsoir à tous! J’espère que vous avez appréciez mes posts sur l’histoire de la poupée. J’ai bien aimé mes lectures sur l’univers de la poupée, ce qui m’a permis de mieux me positionner en tant qu’artiste en poupée. À la fin de ce post, certaines références se retrouveront en bas de page pour ceux et celles que cela intéresse. Toutefois, je crois que plusieurs d’entre vous sont peut-être un peu déçu, au fait que je n’ai pas suffisamment parlé de la célèbre poupée Barbie. En effet, je n’avais pas l’intention de parler d’elle dans mes posts. Je voulais donner plus de place aux talentueux artistes indépendants et aux compagnies innovatrices du présent, mais aussi du passé et d’expliquer de façon générale l’histoire de la poupée. Par contre, il serait honteux de ne pas admettre que l’histoire de Barbie, en matière de chiffre est impressionnante et c’est sur cette note que je parlerai d’elle.

Petite histoire de Barbie

Qu’on veuille se l’admettre ou non, Barbie est née d’une copie de la poupée allemande, Bild Lilli. Cette poupée a été créée au début des années 1950 et présentée à une foire de Munich.  C’est après le départ de leur associé, M. Mattson que le couple Handler, Elliot le créatif et Ruth la commerciale, impose rapidement Mattel comme fabricant de jouets réputé aux États-Unis, mais aussi à l’étranger.

À cette époque, Ruth parcourt l’Europe à la recherche d’idées et de contrats. On raconte que c’est lors d’un voyage en Allemagne qu’elle découvre en 1955 un personnage de bande dessinée très populaire : Lilli. Cette Lilli est conçue au départ comme un personnage par le quotidien allemand Bild Zeitung et devint une poupée pour adultes. C’est en voyant jouer sa fille avec des figurines de carton qu’elle habillait que Ruth Handler aurait eu l’idée de créer une poupée en trois dimensions dans laquelle la petite fille pourrait se projeter : une poupée mannequin avec de vrais vêtements et accessoires. Sa silhouette fine et élancée a été élaboré par le célèbre concepteur Jack Ryan.

Barbie en chiffre

Selon le Chicago Tribune[1], on estime qu’il existe aux États-Unis plus de 100 000 collectionneurs sérieux en poupée Barbie.

  • 45% d’entre eux dépensent annuellement 1000$ pour leurs poupées
  • 85% sont des femmes dans la quarantaine.
  • Chaque collectionneur possède en moyenne 20 poupées Barbie.
  • Le ¾ d’entre eux y voient, une excellente source d’investissement, surtout lorsque il s’agit de poupées vintages et d’époque (1959 à 1970).
  • Mattel déclare avoir vendu 650 millions de poupées dans le monde depuis 1959

[1] Chicago Tribune du 14 juillet 2008.

Haute Doll Magazine
Doll Magazine
Antique Doll Magazine
Doll Collector Magazine
The Complete Unauthorized Guide to Vintage Barbie Dolls® & Fashions
Madame Alexander Collector’s Dolls Price Guide #34
Madame Alexander Dolls: An American Legend

Dolls created by artists part 3

Doll #1-Delilah by Van Craig, Doll #2-Red Ridinghood by Jamie Williamson , Doll #3-Carnivale by Nancy Wiley
*All pictures are from The Doll by Contemporary Artists by Krystyna Poray Goddu & Wendy Lavitt

Hello! Here is the final part of Dolls created by artists. The main cause that pushed women to create their dolls and to persevere were endless. First of all, there was the two World Wars, which transformed the doll industry. During these two wars, several women and girls lost their pretty dolls. The World War II generation is limited in dolls and choice. Germany had to be rebuilt, basic needs, including first materials had to be streamlined for survival. Some mothers, faced with the desolation of their children, were quite creative, in making dolls for them with a primitive appearance. After the war, life resumed its course and a new economic era began. This confidence in the future brings Käthe Kruse to create her own company.

Several women in the post-war period preserved the nostalgia of their childhood dolls and a new movement appeared, the world of doll collecting. Dolls of the pre-war demand was so strong that several new companies were created. The Germans developed moulds and copies of old dolls for collectors wishing to reproduce their own doll.

Along with this new artistic reality, a new form of doll was born, the fairy and fantastic dolls: fairies, witches, elves, dwarfs, princesses, goddesses, …The excitement that reigns during the 1950s, gives hope and encourages more to join this new current. Many women see it as a way to create, but also to express their dreams, desires and hopes.  Although the road was long and arduous, it is with passion, perseverance and hard work, that many around the world, particularly European and American women were interested in carrying out and producing their own dolls and making a career.

A few years after the second world war, a very important movement was born, the birth of the doll associations. The UFDC (United Federation of Doll Clubs), was one of the first associations in the United States. It’s first mission was to preserve the history and richness of dolls regardless of their origins. In 1963, it was the turn of NIADA (National Institute of American Doll Artist) to set up an association which would help out all the doll artisans from around the planet. The goal is to promote and bring together the creations of unique dolls made by artists.

During the 1960s, 70s and 80s, Germany had one of the largest schools in the manufacturing and marketing of artist Dolls. Several courses, seminars, fairs, exhibitions and conventions emerged and allowed several craftsmen to inform the general public of their work, success, experiences and the same day to day challenges that they faced.

The end!

*All pictures are from The Doll by Contemporary Artists by Krystyna Poray Goddu & Wendy Lavitt

Allô! Voici la dernière partie des Poupées créées par des Artistes. Les causes principales qui poussèrent les femmes à créer leurs poupées et à persévérer sont multiples. Premièrement, il y eu les deux guerres mondiales, ce qui bouscula l’industrie de la poupée. Lors de ces deux guerres, plusieurs femmes et fillettes perdent leurs jolies poupées. La génération de la deuxième guerre mondiale est limitée en matière de poupée et de choix. Le pays, l’Allemagne, devait-être reconstruit, les demandes de base, dont les matières premières devaient-être rationalisées pour la survie. Quelques mères de famille, devant cette désolation de leurs enfants furent assez créatives pour leurs créer des poupées aux allures primitives. Après la guerre, la vie repris son cours et un nouvel air économique commençait. Cette confiance vers l’avenir amène Kathë Kruse à créer sa propre compagnie.

Plusieurs femmes de l’après-guerre conservèrent la nostalgie de leur poupée d’enfance et un nouveau mouvement fait son apparition, celui du monde des collectionneurs. La demande des poupées de l’avant-guerre était si forte que plusieurs nouvelles compagnies voient le jour. L’Allemagne développa des moules et des copies d’anciennes poupées pour les collectionneurs désirant reproduire leur propre poupée.

Parallèlement à cette nouvelle réalité artistique, une nouvelle forme de poupée voit le jour, celle des poupées féériques et fantastiques : fées, sorcières, elfes, nains, princesses, divinités, etc.  La fébrilité qui règne au cours des années cinquante, donne espoirs et incite plusieurs à se joindre à ce nouveau courant. Plusieurs femmes y voient une façon de créer, mais aussi d’exprimer leurs rêves, leurs désirs et leurs espoirs.  Bien que la route fût longue et ardue, c’est avec passion, persévérance et acharnement que plusieurs femmes à travers le monde et plus particulièrement européennes et américaines furent intéressées à réaliser et produire leur propres poupée et en faire carrière.

Quelques années après la deuxième guerre mondiale, un mouvement très important voit le jour, la naissance des associations de poupée. L’UFDC (United Federation of Doll Clubs), fut l’une des toutes premières associations de poupée aux États-Unis. Sa mission première était de préserver l’histoire et la richesse des poupées peut importes leurs origines. En 1963, ce fut le tour de NIADA (National Institute of American Doll Artist) de mettre sur pied une association qui viendrait en aide à tous les artisans en poupée à travers la planète. Le but premier est de faire la promotion et de rassembler les créations d’artistes en poupée unique.

Au cours des années 60, 70 et 80 l’Allemagne fut l’une des plus grandes écoles dans la fabrication et la promotion de poupée d’artiste. Plusieurs cours, séminaires, salons, expositions et conventions voient le jour et permettent à plusieurs artisans d’informer le grand public de leur travail, de leurs succès, leurs expériences et mêmes des défis qu’ils doivent faire face à tous les jours.

La conclusion!

Dolls created by artists part 2

DSC05286

The history of the artist doll

The history of the artist doll is not that long. In fact, it is less than 120 years old. The term ‘artist in dolls’, was introduced at the beginning of the 20th century and does not refer to the toy doll. Its use was just not a simple image of a toy, but a mode of expression.

It was in Germany, the bastion of the industrialization of toy doll making, that the artist’s doll came to life towards the end of the 19th century and early 20th century. The reasons for this phenomenon happening while several exhibitions and universal competitions made their arrivals in Europe and the United States. In 1908, *the Tietz Department store, from Munich, offers the idea of launching a Department reserved only to the artist’s doll. The objective of this store was to increase the demands for art dolls and new ideas. To pique the potential interest of buyers from the industry, the store asked several artists to make their own dolls. These dolls were exposed as a showcase for the establishment.  The only criteria was to produce a doll with a childish appearance. Several artists, such as Marion Kaulitz reported success and several dolls caused a new sensation.

However, it will take the exposure of the Tietz second store and, this time, in the city of Berlin. During the event, an artist stood out and made the happiness of the critics and buyers, this artist was known as Käthe Kruse. Her design idea was closer to a child’s toy doll. There were many artists at that time making dolls for children with valued clothing and unfortunately became simple decorative elements.  So, for these reasons, these dolls were not intended for children and lost in value. As a result, several doll artists were not able to provide for their own needs and work and their creations were quickly forgotten.

Other than Käthe Kruse, Marion Kaulitz and Lotte Pritzel were also famous. With the success of the artist dolls, a new hobby was born, a doll gathering. This new hobby, mainly reserved for middle-class women, encourages the public to make their own doll. This hobby was their past time and brought them a certain income. According to the press of the time, their dolls were called “amateur”. Many saw it as a threat to the doll industry, an industry that was strictly reserved for men, mainly sculptors. *

To be continued soon…

Photo #1 Berta by Mary Ellen Frank
Photo #2 The Courtesan by Dan Fletcher
Photo #3 Turtle Shaman by Micheal Langton
*All pictures are from The Doll by Contemporary Artists by Krystyna Poray Goddu & Wendy Lavitt
*Credits & more details on Hildegard Gunzel book

L’Histoire de la poupée d’artiste

L’histoire de la poupée d’artiste ne date pas de si loin. En fait, elle a moins de 120 ans. Le terme « artiste en poupées », a été introduit au début du 20e siècle qui ne fait aucunement allusion à la poupée jouet. Son utilisation n’était qu’une simple image de jouet, mais un mode d’expression.

C’est en Allemagne, bastion de l’industrialisation de la poupée jouet, que la poupée d’artiste voit le jour vers la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. Les raisons de ce phénomène arrivent alors que plusieurs expositions et concours universels font leurs arrivées en Europe et aux États-Unis. *En 1908, le grand magasin Tietz, de la ville de Munich, propose l’idée de lancer un département réservé uniquement à la poupée d’artiste. L’objectif de ce grand magasin est d’augmenter la demande pour les poupées d’art et aux nouvelles idées. Pour piquer l’intérêt des acheteurs potentiels de l’industrie, le magasin demande à plusieurs artistes de réaliser leurs propres poupées. Ces poupées étaient exposées à titre de vitrine pour l’établissement.  Le seul règlement était de produire une poupée aux allures enfantines. Plusieurs artistes, dont Marion Kaulitz, rapporte un franc succès et plusieurs poupées causèrent une vraie sensation nouvelle.

Toutefois, *il faudra attendre l’exposition du second magasin Tietz, cette fois-ci dans la ville de Berlin. Lors de l’événement, une artiste se démarque et fait le bonheur de la critique et des acheteurs, cette artiste se nomme Kathe Kruse. Son idée de conception fut plus près de la poupée jouet pour enfant. Nombreux sont les artistes de l’époque fabriquant des poupées pour enfants aux vêtements précieux et qui malheureusement ne devenaient que de simples éléments décoratifs.  Donc, pour ces raisons, ces poupées n’étaient pas destinées aux enfants et perdaient en valeur. Pour conséquence, plusieurs artistes en poupée n’ont pu subvenir à leurs besoins et le travail et ainsi que leurs créations furent aussi vite oubliées.

Autre que Kathë Kruse, Marion Kaulitz et Lotte Pritzel furent tout aussi célèbre. Avec le succès des poupées d’artiste un nouveau passe-temps voit le jour, celui de la poupée de société. Ce nouveau passe-temps, principalement réservé aux femmes de classe moyenne, encourage la population de fabriquer leur propre poupée. Ce passe-temps occupait leurs temps libres et leur apportait un certain revenu. Selon la presse de l’époque, leurs poupées étaient qualifiées d’amateur. Plusieurs y voyaient une menace envers l’industrie de la poupée, une industrie strictement réservée aux hommes, principalement sculpteurs.*

La suite bientôt…

Dolls created by artists

DSC05307

Dolls, Leonie & Linni, created by Jutta Kissling

What is a doll artist?

The Doll artist is a manufacturer of small creatures, whether they are figurative or not.  The artist must use his imagination, dreams, creativity and knowledge to develop the doll of his/her wishes using precise and even complex techniques. Manufacturing must be done step-by-step using one or more raw materials: wood, block air-drying, fabric, resin, porcelain, polymer clay, etc.

According to Virginie Ropars, a French doll art artist, the doll made by an artist is not a toy and is not intended for children. It is rather a mode of expression, an art in it self such as painting or sculpting. Which means, that the art of doll making is purely decorative and can become a collector’s item.

Then, by its structure and the preciousness of the materials used, such as precious metals, expensive fabrics, fur, human hair, …She is often unique or produced in a very limited series and must be entirely made from A to Z by the artist.

Manufacturing techniques are the most important parts. To make an artist’s doll, the development of ideas and creativity are not sufficient and represents only 20% of the work. These manufacturing techniques, on their own, represent 80% of the work.

Original Doll artisan

Artisan Creator

Who uses an idea and turns it into a three-dimensional doll by using raw materials to sculpt or modify a new doll.

The idea

The starting point for the creation of a doll. The idea may be inspired by a story, an illustration or a personal experience of the artist.  The idea may be a concept that the artist or manufacturer was ordered to make a specific piece.

The original or the first doll

The first doll is an object made by an artist who uses a quantity of clay, a piece of wood, a length of fabric or other raw materials and arranges everything to make a doll conceived from an idea or concept. The work done by the artist’s hands and though of comes to life thanks to the approach and technical process applied by the artist. The fact that this three-dimensional practice had never been seen or applied before, highlights the creation of an original doll.

OOAK (one of a kind)

When an original Doll or the first doll is sculpted, assembled, costumed and finished by the artist and that it will never be repeated, it is called OOAK. This type of doll is fully created, directed, and produced by the artist.

To be continued…

Photo #1Henry VIII by Dorothy Heizer
Photo #2-Dolls, Leonie & Linni, created by Jutta Kissling
Photo #3-Young Queen Victoria by Kathy Radmond
Photo #4-Ysah by Lorna Miller
*All pictures are from The Doll by Contemporary Artists by Krystyna Poray Goddu & Wendy Lavitt

Qu’est-ce qu’une poupée d’artiste :

L’artiste en poupée est un fabricant de petites créatures, qu’elles soient figuratives ou non.  Ce dernier doit faire appel à son imagination, ses rêves, sa créativité et ses connaissances pour développer la poupée qu’il souhaite mettre sur pied l’aide de techniques précises et même complexes. La fabrication doit se faire par étape à l’aide d’une ou plusieurs matières premières : bois, pâte séchant à l’air, tissu, résine, porcelaine, pâte de polymère, etc.

Selon Virginie Ropars, artiste française en poupée d’art, la poupée d’artiste n’est pas un jouet et n’est surtout pas destinée aux enfants. Elle est plutôt un mode d’expression, un art à part entière, tel que la peinture ou la sculpture. Donc, elle est principalement décorative et peut devenir un objet de collection.

En suite, par sa structure et la préciosité des matériaux utilisés : Métaux précieux, tissus dispendieux, fourrures, cheveux humains, etc. Elle est souvent une pièce unique ou elle est produite dans une très petite série et doit être entièrement réalisée de A à Z par l’artiste.

Les techniques de fabrication sont les parties les plus importantes. Pour fabriquer une poupée d’artiste, l’élaboration d’idées et la créativité ne sont pas suffisantes et ne représentes que 20% du travail. Ce sont les techniques de fabrication, à elles seules, qui représentes 80% de l’ouvrage.

Artisans de poupées originales

Artisan-Créateur

Celui ou celle qui utilise une idée et la transforme en une poupée de trois dimensions en employant avec ses mains des matériaux brutes pour sculpter ou modifier une nouvelle poupée.

L’idée

Le point de départ de la création d’une poupée. L’idée peut être inspirée d’une histoire, d’une illustration ou d’une expérience personnelle de l’artiste.  L’idée peut être un concept que l’artiste ou le manufacturier est commandé à réaliser une pièce spécifique.

L’original ou la première poupée

La première poupée est un objet fait par un artiste qui utilise une quantité de pâte, une pièce de bois, une longueur de tissu ou d’autres matériaux bruts et arrange le tout pour réaliser une poupée conçue à partir d’une idée ou d’un concept. Le travail qui est réalisé par les mains et la tête de l’artiste, prend vie grâce à l’approche face au processus des techniques qu’applique se dernier. Le fait que cette pratique en trois dimensions, n’est jamais été vue ou appliquée auparavant, met en évidence la création d’une poupée originale.

OOAK (poupée unique)

Lorsque une poupée originale ou la première poupée est sculptée, assemblée, costumée et terminée par l’artiste et qu’elle ne sera jamais reproduite, elle est nommée OOAK. Ce type de poupée est entièrement créé, réalisée et produite par l’artiste.

La suite dans quelques jours…

The history of fashion dolls part 4

DSC05281

Super Dollfie by Volks Company

21st Century Dolls

On thing for certain, during the early 2000s, a revolutionary material came onto the market: polyurethane resin.  This material is a type of PVC imitating human skin, but to touch has a porcelain effect. The Japanese Volks Company, specialising in articulated dolls, including the Super Dollfie doll, which were inspired from the Japanese manga. These revolutionary dolls measure between 17-30 inches (43-60 cm), have very articulated bodies and are called ABJD (Asian Ball Jointed Dolls).

Asian Resin Ball Jointed Dolls (ABJD)

Towards the end of the 1990s, other more innovative fashion dolls were emerging: in English they are known as BDJ (ball jointed dolls). This nickname was assigned to them since they are made up of several joints allowing them to perform many movement and poses. Also, their joints and certain parts of their body can be replaced by others. These manga inspired dolls are very articulated and made of polyurethane resin.

They are also wigged and their eyes can be replaced by other sets of eyes. They mainly come from Japan and South Korea. The most popular dolls are Soah, Sooah and Ryung by Rainman from Elfdolls, Narae and Narin by Bimong, Nabi Kiss, Megu, Rio and Nana by Volks, Misia and Mika from Dollmore and Lishe Moon for Lutz Dolls. These very large luxury dolls can be slightly expensive due to their multiple functions and require special care from its purchaser. Some of these dolls can cost more than $ 1000 American.

Several artists will use this luxurious material, polyurethane resin, to create and produce their own fashion doll, whose aesthetics is similar to those of Westerners.  This is the case of the British firm Superfrock Ltd. In 2005, the duo composed of Desmond Lingard and Charles Fegen put on the market a doll made out of resin, Venice D Royce (Syberites) doll. This avant-garde doll is 41 cm high and wears ultra luxurious creations that are inspired by the great Haute Couture Houses and from major fashion designers, including Dior and Alexander McQueen.

The end!

Picture #1-Volks Company’s Super Dollfie
Picture #2- Unoa Lusis doll
Picture #3 & 4 Superfrock Ltd’s Venus D Royce (Syberite doll)

Poupées du 21e siècle

Chose certaine, aux cours des années 2000 arrive sur le marché une matière révolutionnaire : la résine de polyuréthane.  Cette matière est un type de PVC imitant la peau humaine, mais possède au touché un effet de porcelaine. La firme japonaise Volks, grand spécialiste en poupées articulées, dont les Super Dollfie, des poupées d’inspirations mangas. Ces poupées révolutionnaires, mesurent 30, 43 à 60 cm, elles possèdent des corps très articulés que l’on surnomme ABJD.

Les poupées asiatiques très articulées en résine (ABJD)

Vers la fin des années 1990, d’autres poupées mannequins plus innovatrices font leur apparition : en anglais ont les surnomme les BDJ (ball jointed dolls). Ce surnom leur est attribué puisque elles sont composées de plusieurs jointures articulées leur permettant d’effectuer de multiples mouvements et de poses. Sans compter que leurs jointures et certaines parties de leur corps peuvent être remplacées par d’autres. Ces poupées d’inspiration mangas sont très articulées et fabriquées à base de résine polyuréthane.

Elles sont également accompagnées de perruques, leurs yeux peuvent être remplacés par d’autres des paires d’yeux. Elles proviennent principalement du Japon et de la Corée du sud. Les poupées les plus populaires sont Soah, Sooah, et Ryung par Rainman pour Elfdolls, Narae et Narin par Bimong, Nabi Kiss, Megu, Rio et Nana par Volks, Misia et Mika par Dollmore et Lishe et Moon pour Lutz Dolls. Ces poupées d’un très grand luxe peuvent-être légèrement dispendieuses dû à leurs multiples fonctions et demandent des soins particuliers à son acquéreur. Certaines peuvent coûter plus de 1000$ américain.

Plusieurs artistes vont utiliser cette matière luxueuse, la résine de polyuréthane, afin de créer et produire leur poupée mode, dont l’esthétisme s’apparente à celui des occidentaux.  C’est le cas de la firme anglaise Superfrock Ltée. En 2005, le duo composé de Charles Fegen et de Desmond Lingard mette sur le marché une poupée mode faite en résine, Venise D Royce (Syberite). Cette poupée avant-garde fait 41 cm de haut et porte des créations ultras luxueuses qui sont inspirées des grandes maisons de haute couture et des grands créateurs de modes, dont Dior et Alexander McQueen.

La conclusion!

 

The history of fashion dolls part 4

DSC05407

Sindy the British teenage doll

1960-70 vinyl dolls

Teenage Fashion Doll

                Since the end of the 1950s, a new child’s toy took the fashion “ambassadors” torch: Teenage Fashion doll. Bild Lili in Germany, Barbie in the United States, Tammy in England, Mily and Tressey in France, Jenny and Corinne in Italy, to name only a few. They represented a generation of dolls with an adult or teenager silhouette with multiple clothing made and distributed on a very large scale. Even today, this type of doll leads the market and are more in demand than infant and baby dolls.

The American Vogue Doll Company put on the market the Ginny fashion Doll. It explores each fashion of previous decades. One of the most famous Ginny creations, shows her in a Mondrian dress, inspired by the famous French couturier Yves Saint Laurent. In the 1970s, fashion designers were inspired by the feminist movement and the hippies, as well as civil rights. The ease of use of synthetic and cellulosic fibers, as well as the art of patchwork influenced more than one designer. The American Ginny Doll Vogue company is one of them, but it will mainly be the very famous English doll, Sindy, who will become the Queen of this movement.

1980-1990

Thanks to the MTV and music video chains, music will become a source of fashion signification during the 1980s. Barbie and the Rockers wore colored and very flamboyant clothing. But others, such as Jem and The Holograms, clearly demonstrate this trend.

The Latest Fashion Dolls

This decade represented the chic minimalist. Robert Tonner, the former fashion assistant of the great American designer Bill Blass, put on the market, in 1991, a porcelain fashion doll, measuring 48 cm high and represented the chic American. This doll was named “American Model” and marks a new era in the fashion doll industry. Towards the end of that decade, Robert Tonner offered the first fashion doll, measuring 41 cm: Tyler Wentworth. This doll started a movement in high range fashion dolls for adults.

                In the 1990s, a new kind of dolls made its appearance: models for collectors. Of these we can include well-known makes and models: in France & in Switzerland, Mdvanii and Lala by Billy Boy, in the United States, Gene Marshall and Madra Lord by Mel Odom, Tyler, Esme and Sydney by Robert Tonner, Brenda Starr by Effanbee, Alex by Madame Alexander, Daisey and Willow by Knickerbocker, Eve by Susan Wakeen, Elle by Jakkspacific, Candy and Charisse by Mikelman. Most, larger than Barbie, wore luxurious clothing representing fashion from the 1930s to the present day and which have inflamed collectors from around the world.

To be continued…

The different Sindy teeanage fashion dolls
The lastest fashion dolls Mel Odom’s Gene Marshall & Robert Tonner’s dolls

1960-70

Les poupées de mode adolescentes

                Depuis la fin des années cinquante, un nouveau jouet pour enfant prend le flambeau des « ambassadrices de mode ». Bild Lili en Allemagne, Barbie aux États-Unis, Tammy en Angleterre, Mily et Tressey en France, Jenny et Corinne en Italie, pour ne citer les plus connues, constituaient une génération de poupées à silhouette adulte ou adolescente pour lesquelles de multiples vêtements ont été confectionnées et diffusés à très grande échelle. Aujourd’hui encore, ce type de poupées est prépondérant sur le marché, face aux bébés et aux poupons.

La société américaine Vogue Doll Company met sur le marché la poupée mode Ginny. Cette dernière explore chaque mode des décennies antérieures. Une de ses célèbres créations est la robe Mondrian inspirée du célèbre couturier français Yves Saint-Laurent. Dans les années 1970, les créateurs modes s’inspirent énormément des mouvements féministes hippies et ainsi qu’aux droits civiles. La facilité des fibres synthétique et cellulosiques et sans compter l’art du patchwork en influence plus d’un. La poupée Ginny de la compagnie américaine Vogue en fait partie, mais ce sera surtout la très célèbre poupée anglaise Sindy qui deviendra la reine de ce mouvement.

1980-1990

Grâce à la chaîne de télé MTV et aux vidéoclips, la musique deviendra une source de mode marquante dans la mode des années 80. Barbie et les Rockers portent des vêtements tout aussi flamboyants que colorés. Mais d’autres poupées, telles que Jem et Les Hologrames, montrent clairement cette tendance.

Mannequins dernières générations

Cette décennie représentait le chic minimaliste. Robert Tonner, ancien assistant mode du grand couturier américain Bill Blass, met sur le marché, en 1991, une poupée mode de porcelaine faisant 48 cm de haut. Elle représentait le chic américain. Cette poupée se prénomme American Model et marque une nouvelle page dans l’industrie de la poupée mode. Vers la fin de cette décennie, Robert Tonner propose la toute première poupée mode faisant 41 cm de haut : Tyler Wentworth. Cette dernière amorcera un véritable mouvement en matière de poupées modes de hautes gammes destinées aux adultes.

                Dans les années 1990, un nouveau genre de poupées mannequins fait son apparition : les mannequins pour collectionneurs. Citons les poupées et les marques les plus connues : en France et en Suisse, Mdvanii et Lala par Billy Boy, aux États-Unis, Gene Marshall et Madra par Mel Odom, Tyler, Esme et Sydney par Robert Tonner, Brenda Starr par Effanbee, Alex par Madame Alexander, Daisey et Willow par Knickerbocker, Eve par Susan Wakeen, Elle par Jakkspacific, Candy et Charisse par Mikelman. Certaines, plus grandes que Barbie, portent des gammes de vêtements luxueux représentant la mode des années 1930 à nos jours et enflamment les collectionneurs du monde entier.

La suite très bientôt…

The history of fashion dolls part 3

DSC05369

All dolls from Madame Alexander Company

1940-1960

Vinyl Dolls

In 1958, the doll industry perfected the process of manufacturing vinyl dolls, and it will produce some of the most beautiful dolls in the decades that follow. Women’s fashion, which was very elegant rings in the return of the fashion doll which was no longer in vogue since the 19th century.

In 1959, Mattel Inc. launched the Barbie doll with a lot of TV advertising and she has a well-stocked wardrobe and accessories. Other than Barbie, life-sized dolls who walked had a lot of success in the 1950s & 60s and of these we find the Cissy doll from the New York firm Madame Alexander. This doll was the first American fashion doll and she came well before Barbie and she had arched feet. Her high-quality attire represented the elegant American women of that era: the outfit consisted of an afternoon dress composed of a fitted taffeta skirt taffeta which was gathered at the waist.  In addition, her shoes were high heeled, she had nylon gloves and a faux leather mini bag. This vinyl and hard plastic doll was 51 cm high. Unfortunately, because of her large size, many of these dolls, including Cissy, they did not easily let them selves be played with.

To be continued in a few days…

 


1940-1960

La poupée vinyle

En 1958, l’industrie de la poupée a perfectionné le procédé de fabrication des poupées en vinyle, et elle produira certaines des plus belles poupées durant les décennies suivantes. La mode féminine qui est alors très élégante sonne l’heure du retour de la poupée de mode qui n’était plus en vogue depuis le XIXe siècle.

En 1959, Mattel Inc. lance la poupée Barbie à grand renfort de publicité à la télévision et dispose d’une garde-robe bien garnie d’accessoires. Autre que Barbie, les poupées de grandeur nature qui marchent connaissent beaucoup de succès dans les années 1950 & 60 et de celles-ci ont retrouvait Cissy de la firme new-yorkaise Madame Alexander. Cette poupée était la toute première poupée mode américaine bien avant Barbie et possédait des pieds en arche. Son accoutrement de très haute gamme représentait l’élégante américaine de l’époque : une robe d’après-midi en taffetas composée d’une jupe cintrée et froncée à la taille. De plus, ses chaussures étaient à talon haut, ses gans de nylon et son mini sac en faux cuir. Cette poupée de vinyle et de plastique dur faisait 51 cm de haut. Malheureusement, à cause de leur grande taille, plusieurs de ces poupées, incluant Cissy, se prêtaient mal au jeu.

La suite dans quelques jours…

The history of fashion dolls part 2

DSC05364

1860-1880

The « Parisian »

Under the Second French Empire, a new phenomenon appeared in affluent circles: “the Parisian”. These dolls had a head, bust and sometimes bisque members. Their heads and sometimes arms and hands are Bisque. Their articulated body was manufactured either out of leather, wood or the gutta-percha and was consistent with beauty standards of that time: waists, chests and hips were well developed. Their severe looking faces of distinguished women with their simple makeup, their mouths shut and their eyes expressive and fixed. Often, their ears were furnished with pendants, their hair was wisely styled and sometimes adorned with a hat.

They were dressed in splendid, elegant and high-quality outfits. These clothes were made by many fashion Houses of suburbia Saint-Honoré in Paris. Even though they were intended as toys for girls, these dolls were refined, especially when they had a complete fashion trunk kit, furnished with miniaturized accessories. These fashion doll models had various functions and created great excitement.

1900-1940

Decorative Figurines:

While Parisian dolls were children’s toys, other dolls with a feminine and adult silhouette were created by adults for the happiness of adults. They are considered to be the direct doll descendant of yesteryear Pandora heiresses. Radiguet and Shoemaker had deposited in 1880 dolls statuettes, similar to Paris, but not articulated, 43 cm high and on wooden pedestals with a metal rod fit in one of the bisque legs. These decorative dolls featured the left arm folded and are now very hard to find.

Dames Laffitte and Désirat created in 1900 a new type of figurines with heads and limbs in wax (created by the Grévin workshops) which aired in the novelties of the Parisian fashion. These unique pieces had considerable success until the end of the 1920s. In the United States, during the period 1930-50, composition fashion dolls were popular where only the arms were linked and associated with patterns for seamstresses. These brands included Minikins of M.Nielson and Fashiondol.


1860-1880

La Parisienne 

Sous le Second Empire Français, une nouveauté fait fureur dans les milieux cossus : « la parisienne ». Ces poupées avaient une tête, un buste et parfois des membres en porcelaine. Leur tête et quelquefois leurs bras et leurs mains sont en biscuit. Leur corps articulé était fabriqué soit dans le cuir, le bois ou la gutta-percha et était conforme aux canons de beauté de cette époque : la taille fine et la poitrine et les hanches sont développées. Leur visage offrait un aspect plutôt sévère de dames distinguées par leur maquillage sobres, leur bouche était fermée et leurs yeux fixes expressifs. Souvent, leurs oreilles étaient garnies de pendentifs, leurs cheveux étaient sagement coiffés et quelques fois chapeautés.

Sur le plan vestimentaire, elles étaient vêtues de splendides toilettes d’une élégance discrète et de très grandes qualités. Ces vêtements étaient confectionnés par les multiples Maison de couture du faubourg Saint Honoré à Paris. Quoique qu’elles fussent destinées comme jouet pour jeunes filles, ces poupées étaient d’un raffinement, plus particulièrement lorsque elles possédaient un trousseau complet, garnit d’accessoires miniaturisés. Ces poupées mannequins de mode ont des fonctions diverses et elles ont connu un grand engouement.

1900-1940

Figurine décorative 

Alors que les parisiennes étaient des jouets d’enfant, d’autres poupées ayant une silhouette féminine et adulte ont été créé par des adultes pour le bonheur des adultes. Elles sont considérées comme les héritières directes des poupées Pandore d’antan. Radiguet et Cordonnier avaient déposé en 1880 les poupées statuettes, semblables aux Parisiennes, mais non articulées, hautes de 43 cm et posées sur des socles en bois d’où la tige métallique s’insérait dans les jambes, en biscuit. Ces poupées décoratives, à caractéristique bras gauche replié, sont aujourd’hui très difficiles à trouver.

Mesdames Laffitte et Désirat créèrent en 1900 un nouveau type de figurines à tête et membres en cire (réalisées par les ateliers Grévin) qui diffusait, dans les nouveautés de la mode parisienne. Ces pièces uniques ont eu un succès considérable jusqu’à la fin des années 1920. Dans les années 1930-50, aux États-Unis, les fashion dolls, en composition, étaient populaires où seuls les bras étaient articulés et étaient associés à des patrons pour couturières. De ces marques, citons Minikins de M.Nielson et Fashiondol.

The history of fashion dolls part 1

DSC05367

Luxurious fashion wooden dolls from the 17th century

Since the dawn of time, dolls are flirting with fashion since they speak the same language: elegance, opulence, glamour, dreams… Browsing the history of dolls, it is also traces the history of fashion. But above all: what is a fashion doll? Commonly known as “Doll fashion” which are dolls that have an anatomy of an adult woman.

The fashion doll before the 17th century

As long as we can remember, dolls have been a vehicle for fashion. In the Italian Chronicles, we were taught that in the 16th century in Venice, it was customary to visit mercerisa neighborhoods, the day of Ascension, after church services. For what reason? Mainly to admire life-size dolls coming from France presented in-store front window shops and which promoted Parisian fashion. All Venetian women, from the wealthiest to the humblest, crowded and jostled with curiosity to learn about the latest Parisian fashion. They were trying to identify the secrets of a crease on a corsage or admire the richness of the fabrics with wonder and surprise.

The first fashion dolls

1650-1800

The Pandora Doll:

In the 17th and 18th centuries, two large dolls with heads and members made from paper Mache and wooden bodies traveled from court to court showing the latest Parisian fashion. They are called the Grand Pandora and the Little Pandora. These two dolls have a well-defined function: they presented and monetized across Europe to showcase what Paris offered in terms of elegant attire. In times of war, they had even a free royal pass to transit without danger to the four corners of the world. Today, these adult toys are very hard to find. They are also the ancestors of current store models.

All images are from Antique Doll Collector Magazine

Depuis la nuit des temps, les poupées flirtent avec la mode, car elles parlent le même langage : élégance, opulence, glamour, rêve… Parcourir l’histoire de la poupée, c’est aussi retracer l’histoire de la mode. Mais avant tout : Qu’est- ce qu’une poupée mode? On appelle communément « poupée mode » les poupées qui ont une anatomie de femme adulte.

La poupée mode avant XVIIe siècle

Aussi longtemps que l’on s’en souvienne, la poupée a été un véhicule pour la mode. Dans les chroniques italiennes, on nous apprend qu’au XVIe siècle à Venise, il était de coutume de se rendre dans le quartier de la mercerisa, le jour de l‘Ascension, après l’office religieux. Pour quelle raison? Tout simplement afin d’admirer les vitrines où une poupée de grandeur nature qui venant de France et faisait fonctions de véhicule de mode. Toutes les femmes vénitiennes, de la plus riche à la plus humble, se pressaient et se bousculaient avec curiosité afin de connaître la dernière mode parisienne. On essayait de déceler le secret d’un pli sur un corsage ou on admirait la richesse des étoffes avec surprise et émerveillement.

Les premières poupées modes

1650-1800

Les poupées Pandore :

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, deux grandes poupées à la tête et aux membres en papier mâché et au corps en bois voyagent de cour en cour pour montrer les dernières créations de couturiers parisiens. Elles s’appellent la Grande Pandore et la Petite Pandore. Ces deux poupées ont une fonction bien déterminée : elles doivent présenter et monnayer à travers l’Europe ce que Paris fait en matière d’élégance vestimentaire. En temps de guerre, elles disposaient même d’un laissé passer royal pour transiter sans danger aux quatre coins du monde. Ces jouets d’adulte, sont aujourd’hui très difficiles à trouver. Elles sont aussi les ancêtres des mannequins actuels.

Evolution of an aesthetic ideal

Scan_0017

Photo from Antique Doll Collector magazine

Hello! Before pursuing with doll history, I want to make a short statement regarding the evolution of an aesthetic ideal.

Since industrialization, under the French Second Empire, the morphology of dolls follows the fashion of Paris, for example, they have generous curves, constrained by the multiple layers of clothing; their complexion is Alabaster, their barely pinkish cheeks are big and round, narrow shoulders, their hips are large and their members chubby.

                During the same century, the S-line highlights their wide chest and backside. Hairstyles were identified by buns which showed off the neck and their sharp nose rose to the sky: which is the Gibson sisters fashion. Later, with the roaring twenties, the taste is to the boyish style: slender face, bistre eyes, heart shaped mouths, square cut and thin silhouettes on which short dresses in fringes easily slides.

                After the Second World War, the allure of dolls follows closely those of the 1950s banquets. Very small waists, generous chests and long legs are a hit. The New Look of Christian Dior style with skirts and very gored dresses, is enormously used.

In contradiction with the 1980s: hairstyles and sophisticated make-up is incorporated with glittering and elaborate dresses to highlight the dream figure that was so well embodied by dolls inspired by the heroines of the Dynasty series or Dallas.

Finally, since the 1990s, doll-models reflect several styles, but still keep their same slender morphological structure that made them successful for the last fifty years.

See you in my next post ( The Fashion Dolls part 1)


Allô! Avant de poursuivre avec l’histoire de la poupée, je veux faire une courte déclaration sur l’évolution d’un esthétique des poupées.

Depuis l’industrialisation, la morphologie de la poupée suit la mode parisienne du Second Empire, par exemple, ont les formes généreuses sont contraintes par des multiples épaisseurs de vêtements. Leur teint est d’albâtre, leurs joues sont à peine rosées, grosses et rondes, leurs épaules étroites, leurs hanches larges et leurs membres potelés.

                Autour du même siècle, la ligne S met largement en valeur la poitrine et le postérieur. Les coiffures sont relevées par des chignons d’où l’on découvre le cou et le nez pointu levant vers le ciel : c’est la mode des sœurs Gibson. Plus tard, avec les années folles, le goût est à la garçonne : visage effilé, yeux bistrés, bouche en cœur, coupe carrée et la silhouette fluette sur laquelle glissent aisément les courtes robes en franges.

                Après la deuxième guerre mondiale, l’allure des poupées suit de près celle des banquets des années 1950. La taille de guêpe, la poitrine généreuse et les jambes longues font un malheur. Le style New Look de Christian Dior avec ses jupes et ses robes très godées, est énormément employé.

                En contradiction avec les années 1980 : coiffures et maquillages sophistiqués s’assortissaient aux robes scintillantes et élaborées pour mettre en valeur la silhouette de rêve qu’incarnaient si bien les poupées inspirées des héroïnes des feuilletons de Dynastie ou de Dallas.

Enfin, depuis les années 1990, les poupées-mannequins reflètent plusieurs styles, mais gardent toujours cette même structure morphologique élancée qui fait leur succès depuis cinquante ans.

Je vous vois à ma prochaine publication (La poupée mode partie 1)