Finding Symmetry

AVA-AMG DOLL-work in progress (54)

Hello to you all! Although I have the pleasure to realize my BJD dolls, in polymer clay, one thing is for sure, I have some difficulty to realize doll pieces with good symmetry. Some of you might say that it is a matter of time and practice and you would be right to say it.

But sometimes, although I am patient, my patience has its limits… spending a week to shape a pair of legs and subsequently, to do it all over again because nothing works! During the creation of Ava, I failed to follow the technical drawing that I worked so hard to develop.

At the end of the realisation of her head, chest and torso (which I found a bit too long and skinny for my taste), I was close to being short of polymer clay… and this rarely happens to me! Determined to finish with this famous pair of legs, I decided to model them in one shot and without articulated balls (knees). In my humble opinion, it was the only way to make the legs symmetrical.


Allo à vous tous! Bien que j’aie du plaisir à réaliser mes poupées BJD, en pâte de polymère, une chose est certaine, j’éprouve certaines difficultés à réaliser des pièces avec une bonne symétrie. Quelques-uns d’entre vous me diront que c’est une simple question de temps et de pratique et vous aurez raison de le dire.

Mais parfois, bien que je sois patiente, ma patience a ses limites…passer une semaine à modeler une paire de jambe et par la suite, tout recommencer parce que rien ne va! Lors de la création de Ava, je n’ai pas respecté le dessin technique que j’ai eu tant de mal à élaborer.

A la fin de la réalisation de sa tête, de son buste et de son torse (un peu trop long et maigre à mon goût), j’étais presque à cour de pâte de polymère…et cela m’arrive peu souvent! Déterminée à en finir avec cette fameuse paire de jambes, j’ai décidé de les modeler d’un trait, C’est-à-dire sans boules articulées (genoux). A mon humble avis, c’était mon seul moyen de réaliser des jambes quasis symétriques.

More photos of Ava

AMG DOLL-AVA (9)

Hi everyone! On my last post I showed photos of my newest doll Ava, but I wasn’t please with them and didn’t do justice to her. So tonight, I will be catching up with better pictures. Thank you for watching!

Salut tout le monde ! Sur mon dernier post, j’ai montré les photos de ma nouvelle poupée Ava, mais je n’étais pas satisfaite avec ces photos et sans compter qu’elles ne lui rendent pas justice. Alors ce soir, je me rattrape avec de meilleures photos. Merci de visionner!

Ava…face sculpt

AVA-AMG DOLL-work in progress (48)

This is Ava and it bodes well, although I would have preferred to shape her head during the day light. But for lack of time, do to my day job, I didn’t have the choice to complete her head at night. Each time, it’s the same story: I turned on my lamps to the max in order to realize and develop all of the details. With Ava, I wanted to create an exotic face with a natural and flawless complexion.

Voici Ava et cela augure bien, quoique j’aurais préférée modeler sa tête le jour. Mais faute de temps, du à mon quart de travail de jour, je n’ai pas eu le choix de réaliser sa tête le soir. À chaque fois, c’est la même histoire : j’allume au  maximum tous mes lampes afin de réaliser et de finaliser les détails. Avec Ava, je voulais créer un visage exotique avec un teint impeccable et naturel.

Bust & torso

AVA-AMG DOLL-work in progress (38)

Hello and I hope you did have a great Black Friday! Here in Montreal, it’s delirious and I’m exhausted: I couldn’t wait for this week to end! So tonight, I will only be showing to you Ava’s bust and torso in day light. Thank you for watching!

Bonjour et j’espère que vous aviez eu bon un vendredi fou! Ici à Montréal, c’est le délire et je suis épuisée : j’avais hâte que cette semaine finisse! Alors ce soir, je vais seulement vous montrer le buste et le torse de Ava a la lumière du jour. Merci de regarder!

Ava! Her work in progress

AVA-AMG DOLL-work in progress (35)

Hello! In tonight’s post, I present to you the work in progress of Ava, my newest beauty! Ava is a continuation of my technical progression in the world of BJD dolls (Ball Jointed Doll). But, this time, I wanted her to be slightly larger and more athletic, and for that, I had to cheat during the design of the torso. So, with the help of images and photos, Ava will have a long and slender torso. Besides, the head and the hands, the torso is one of the body parts that is the most crucial to sculpt, since it is has a major part in the final outcome of the aesthetics of the doll. I will come back to you in a few days, with more details on the work in progress of Ava. See you soon!

Allô! Pour la publication de ce soir, Je vous présente ce soir le travail en progression d’Ava, ma toute nouvelle beauté! Ava est une continuité de ma progression technique dans le monde de la poupée BJD (Ball Jointed Doll). Mais, cette fois-ci, je voulais une poupée légèrement plus grande et plus athlétique et pour cela, j’ai dû tricher lors de la conception du torse. Donc, avec l’aide d’image et de photos, Ava aura un torse long et élancé. En dehors, de la tête et des mains, le torse est une des parties du corps les plus crucial à sculpter, puisque qu’il est un élément majeur du résultat final de l’esthétisme de la poupée. Je vous reviendrai, dans quelques jours, avec d’autres détails sur le travail en progression d’Ava. A bientôt!

A new doll on the way!

AVA-AMG DOLL-work in progress (27)

Good Sunday to you all! There’s a new doll on the way my friends and I have been working on her since two months. She is a continuation of my previous work with handmade & ooak BJD (Ball Jointed Dolls). In the up coming days, I will show more details of her. Stay tuned!

Bon dimanche à tous! Depuis les deux derniers mois, je travaille sure une nouvelle poupée et elle sera bientôt dévoilée. Elle est une continuité de mon travail précédant avec les poupées articulées et uniques fait main (BJD). Au cours des prochains jours, je vous dévoilerai plus de détail sur elle. Restez au courant!

The history of fashion dolls part 2

DSC05364

1860-1880

The « Parisian »

Under the Second French Empire, a new phenomenon appeared in affluent circles: “the Parisian”. These dolls had a head, bust and sometimes bisque members. Their heads and sometimes arms and hands are Bisque. Their articulated body was manufactured either out of leather, wood or the gutta-percha and was consistent with beauty standards of that time: waists, chests and hips were well developed. Their severe looking faces of distinguished women with their simple makeup, their mouths shut and their eyes expressive and fixed. Often, their ears were furnished with pendants, their hair was wisely styled and sometimes adorned with a hat.

They were dressed in splendid, elegant and high-quality outfits. These clothes were made by many fashion Houses of suburbia Saint-Honoré in Paris. Even though they were intended as toys for girls, these dolls were refined, especially when they had a complete fashion trunk kit, furnished with miniaturized accessories. These fashion doll models had various functions and created great excitement.

1900-1940

Decorative Figurines:

While Parisian dolls were children’s toys, other dolls with a feminine and adult silhouette were created by adults for the happiness of adults. They are considered to be the direct doll descendant of yesteryear Pandora heiresses. Radiguet and Shoemaker had deposited in 1880 dolls statuettes, similar to Paris, but not articulated, 43 cm high and on wooden pedestals with a metal rod fit in one of the bisque legs. These decorative dolls featured the left arm folded and are now very hard to find.

Dames Laffitte and Désirat created in 1900 a new type of figurines with heads and limbs in wax (created by the Grévin workshops) which aired in the novelties of the Parisian fashion. These unique pieces had considerable success until the end of the 1920s. In the United States, during the period 1930-50, composition fashion dolls were popular where only the arms were linked and associated with patterns for seamstresses. These brands included Minikins of M.Nielson and Fashiondol.


1860-1880

La Parisienne 

Sous le Second Empire Français, une nouveauté fait fureur dans les milieux cossus : « la parisienne ». Ces poupées avaient une tête, un buste et parfois des membres en porcelaine. Leur tête et quelquefois leurs bras et leurs mains sont en biscuit. Leur corps articulé était fabriqué soit dans le cuir, le bois ou la gutta-percha et était conforme aux canons de beauté de cette époque : la taille fine et la poitrine et les hanches sont développées. Leur visage offrait un aspect plutôt sévère de dames distinguées par leur maquillage sobres, leur bouche était fermée et leurs yeux fixes expressifs. Souvent, leurs oreilles étaient garnies de pendentifs, leurs cheveux étaient sagement coiffés et quelques fois chapeautés.

Sur le plan vestimentaire, elles étaient vêtues de splendides toilettes d’une élégance discrète et de très grandes qualités. Ces vêtements étaient confectionnés par les multiples Maison de couture du faubourg Saint Honoré à Paris. Quoique qu’elles fussent destinées comme jouet pour jeunes filles, ces poupées étaient d’un raffinement, plus particulièrement lorsque elles possédaient un trousseau complet, garnit d’accessoires miniaturisés. Ces poupées mannequins de mode ont des fonctions diverses et elles ont connu un grand engouement.

1900-1940

Figurine décorative 

Alors que les parisiennes étaient des jouets d’enfant, d’autres poupées ayant une silhouette féminine et adulte ont été créé par des adultes pour le bonheur des adultes. Elles sont considérées comme les héritières directes des poupées Pandore d’antan. Radiguet et Cordonnier avaient déposé en 1880 les poupées statuettes, semblables aux Parisiennes, mais non articulées, hautes de 43 cm et posées sur des socles en bois d’où la tige métallique s’insérait dans les jambes, en biscuit. Ces poupées décoratives, à caractéristique bras gauche replié, sont aujourd’hui très difficiles à trouver.

Mesdames Laffitte et Désirat créèrent en 1900 un nouveau type de figurines à tête et membres en cire (réalisées par les ateliers Grévin) qui diffusait, dans les nouveautés de la mode parisienne. Ces pièces uniques ont eu un succès considérable jusqu’à la fin des années 1920. Dans les années 1930-50, aux États-Unis, les fashion dolls, en composition, étaient populaires où seuls les bras étaient articulés et étaient associés à des patrons pour couturières. De ces marques, citons Minikins de M.Nielson et Fashiondol.

The history of fashion dolls part 1

DSC05367

Luxurious fashion wooden dolls from the 17th century

Since the dawn of time, dolls are flirting with fashion since they speak the same language: elegance, opulence, glamour, dreams… Browsing the history of dolls, it is also traces the history of fashion. But above all: what is a fashion doll? Commonly known as “Doll fashion” which are dolls that have an anatomy of an adult woman.

The fashion doll before the 17th century

As long as we can remember, dolls have been a vehicle for fashion. In the Italian Chronicles, we were taught that in the 16th century in Venice, it was customary to visit mercerisa neighborhoods, the day of Ascension, after church services. For what reason? Mainly to admire life-size dolls coming from France presented in-store front window shops and which promoted Parisian fashion. All Venetian women, from the wealthiest to the humblest, crowded and jostled with curiosity to learn about the latest Parisian fashion. They were trying to identify the secrets of a crease on a corsage or admire the richness of the fabrics with wonder and surprise.

The first fashion dolls

1650-1800

The Pandora Doll:

In the 17th and 18th centuries, two large dolls with heads and members made from paper Mache and wooden bodies traveled from court to court showing the latest Parisian fashion. They are called the Grand Pandora and the Little Pandora. These two dolls have a well-defined function: they presented and monetized across Europe to showcase what Paris offered in terms of elegant attire. In times of war, they had even a free royal pass to transit without danger to the four corners of the world. Today, these adult toys are very hard to find. They are also the ancestors of current store models.

All images are from Antique Doll Collector Magazine

Depuis la nuit des temps, les poupées flirtent avec la mode, car elles parlent le même langage : élégance, opulence, glamour, rêve… Parcourir l’histoire de la poupée, c’est aussi retracer l’histoire de la mode. Mais avant tout : Qu’est- ce qu’une poupée mode? On appelle communément « poupée mode » les poupées qui ont une anatomie de femme adulte.

La poupée mode avant XVIIe siècle

Aussi longtemps que l’on s’en souvienne, la poupée a été un véhicule pour la mode. Dans les chroniques italiennes, on nous apprend qu’au XVIe siècle à Venise, il était de coutume de se rendre dans le quartier de la mercerisa, le jour de l‘Ascension, après l’office religieux. Pour quelle raison? Tout simplement afin d’admirer les vitrines où une poupée de grandeur nature qui venant de France et faisait fonctions de véhicule de mode. Toutes les femmes vénitiennes, de la plus riche à la plus humble, se pressaient et se bousculaient avec curiosité afin de connaître la dernière mode parisienne. On essayait de déceler le secret d’un pli sur un corsage ou on admirait la richesse des étoffes avec surprise et émerveillement.

Les premières poupées modes

1650-1800

Les poupées Pandore :

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, deux grandes poupées à la tête et aux membres en papier mâché et au corps en bois voyagent de cour en cour pour montrer les dernières créations de couturiers parisiens. Elles s’appellent la Grande Pandore et la Petite Pandore. Ces deux poupées ont une fonction bien déterminée : elles doivent présenter et monnayer à travers l’Europe ce que Paris fait en matière d’élégance vestimentaire. En temps de guerre, elles disposaient même d’un laissé passer royal pour transiter sans danger aux quatre coins du monde. Ces jouets d’adulte, sont aujourd’hui très difficiles à trouver. Elles sont aussi les ancêtres des mannequins actuels.

Evolution of an aesthetic ideal

Scan_0017

Photo from Antique Doll Collector magazine

Hello! Before pursuing with doll history, I want to make a short statement regarding the evolution of an aesthetic ideal.

Since industrialization, under the French Second Empire, the morphology of dolls follows the fashion of Paris, for example, they have generous curves, constrained by the multiple layers of clothing; their complexion is Alabaster, their barely pinkish cheeks are big and round, narrow shoulders, their hips are large and their members chubby.

                During the same century, the S-line highlights their wide chest and backside. Hairstyles were identified by buns which showed off the neck and their sharp nose rose to the sky: which is the Gibson sisters fashion. Later, with the roaring twenties, the taste is to the boyish style: slender face, bistre eyes, heart shaped mouths, square cut and thin silhouettes on which short dresses in fringes easily slides.

                After the Second World War, the allure of dolls follows closely those of the 1950s banquets. Very small waists, generous chests and long legs are a hit. The New Look of Christian Dior style with skirts and very gored dresses, is enormously used.

In contradiction with the 1980s: hairstyles and sophisticated make-up is incorporated with glittering and elaborate dresses to highlight the dream figure that was so well embodied by dolls inspired by the heroines of the Dynasty series or Dallas.

Finally, since the 1990s, doll-models reflect several styles, but still keep their same slender morphological structure that made them successful for the last fifty years.

See you in my next post ( The Fashion Dolls part 1)


Allô! Avant de poursuivre avec l’histoire de la poupée, je veux faire une courte déclaration sur l’évolution d’un esthétique des poupées.

Depuis l’industrialisation, la morphologie de la poupée suit la mode parisienne du Second Empire, par exemple, ont les formes généreuses sont contraintes par des multiples épaisseurs de vêtements. Leur teint est d’albâtre, leurs joues sont à peine rosées, grosses et rondes, leurs épaules étroites, leurs hanches larges et leurs membres potelés.

                Autour du même siècle, la ligne S met largement en valeur la poitrine et le postérieur. Les coiffures sont relevées par des chignons d’où l’on découvre le cou et le nez pointu levant vers le ciel : c’est la mode des sœurs Gibson. Plus tard, avec les années folles, le goût est à la garçonne : visage effilé, yeux bistrés, bouche en cœur, coupe carrée et la silhouette fluette sur laquelle glissent aisément les courtes robes en franges.

                Après la deuxième guerre mondiale, l’allure des poupées suit de près celle des banquets des années 1950. La taille de guêpe, la poitrine généreuse et les jambes longues font un malheur. Le style New Look de Christian Dior avec ses jupes et ses robes très godées, est énormément employé.

                En contradiction avec les années 1980 : coiffures et maquillages sophistiqués s’assortissaient aux robes scintillantes et élaborées pour mettre en valeur la silhouette de rêve qu’incarnaient si bien les poupées inspirées des héroïnes des feuilletons de Dynastie ou de Dallas.

Enfin, depuis les années 1990, les poupées-mannequins reflètent plusieurs styles, mais gardent toujours cette même structure morphologique élancée qui fait leur succès depuis cinquante ans.

Je vous vois à ma prochaine publication (La poupée mode partie 1)

Dolls through the ages: part 3

DSC05225

Madame Alexander fashion Mystery dolls 1951 / Poupées modes mystères  de Madame Alexander 1951

Good morning! Here is the third and final part of dolls through the ages.

For centuries, rags dolls were made by mothers for their children. These dolls were made with any fabric (linen or cotton). Available for trade, rag dolls were introduced in the 1850s by English and American manufacturers. Although they were not as sophisticated as dolls created with more noble materials, these dolls were beloved toys for children.

DSC05245

Children rag doll 1920’s / Poupée en tissu années 20

Manufacturing of dolls has become an industry in the United States after the civil war in the 1860s. Doll production was concentrated in New England, with dolls made of various materials such as leather, rubber, paper maché and cloth. Celluloid was developed in New Jersey at the end of the 1860s and was used to manufacture dolls until the middle of the 1950s. The Germans, the French, the Americans and the Japanese directed and administered factories cheaply to produce dolls made out of celluloid in large quantities. However, celluloid fell out of favor because of its extreme flammability and propensity to fade in bright light.

DSC05254

Celluloid doll 1930’s / Poupée cellulose années 30

After the second world war, dolls manufacturers experimented with plastic. Hard plastic dolls were manufactured in the 1940s. They resembled composition dolls, but were much more durable. Other materials used during the 1950s and 1960s was rubber (foam rubber and vinyl).  Vinyl allowed manufacturers to make doll heads with hair on them, rather than wigs or implanted hair. Nowadays, although the majority of dolls are produced in large series (mass production), many manufacturers employ traditional materials from the past to make doll collections.

This slideshow requires JavaScript.


Bon matin! Voici la troisième et dernière partie de l’histoire de la poupée à travers les âges.

Depuis des siècles, les poupées de chiffons ont été réalisé par les mères pour leurs enfants. Ces poupées de chiffon étaient fabriquées dans n’importe quels tissus (lin ou coton). Les poupées de chiffon disponibles pour le commerce ont été introduites dans les années 1850 par des fabricants anglais et américains. Bien qu’elles n’étaient pas aussi sophistiquées que les poupées créées dans des matières plus nobles, ces poupées de chiffon étaient bien aimées comme premier jouet pour enfant.

La fabrication de poupées est devenue une industrie aux États-Unis après la guerre de sécession dans les années 1860. La production de poupée était concentrée en Nouvelle Angleterre, avec des poupées réalisées dans divers matériaux comme le cuir, le caoutchouc, le papier mâché et le chiffon. Le Celluloïd a été développé dans le New Jersey à la fin des années 1860 et servait à la fabrication de poupées jusque au milieu des années 1950. L’Allemagne, la France, les États-Unis et le Japon dirigeaient et administraient des usines à moindre coût afin de produire ces poupées celluloïds en grandes quantités. Toutefois, le celluloïd est tombé en disgrâce dû à son extrême inflammabilité et sa propension à s’estomper en pleine lumière.

Après la seconde guerre mondiale, des fabricants de poupées expérimentèrent avec des matières plastiques. Les poupées de plastique dure ont été fabriquées dans les années 1940. Elles ressemblaient à des poupées de composition, mais elles étaient plus durables. Les autres matériaux utilisés dans les années 1950-60 étaient le caoutchouc (mousse et le vinyle). Le vinyle permettait aux fabricants de réaliser des cheveux moulés sur la tête, plutôt que des perruques ou l’implantation de cheveux. De nos jours, bien que la majorité des poupées sont produites en grande séries (la production de masse), nombreux sont les fabricants qui emploient les matériaux traditionnels du passé pour réaliser des poupées de collection.