Rag Doll…

My journey through the world of the doll is special. In 2001, I got married and was looking for a wedding dress… and what is the first step to finding the dress of your dreams? Well, it’s through wedding magazines. To make a long story short, from the moment I got several magazines on the preparations for a wedding, a doll review had piqued my curiosity. That magazine was the Barbie Bazaar. A magazine that allowed me to understand the fabulous world of Barbie doll collectors. A fascinating, exciting and serious universe.

A few years later, another magazine had just appeared: Haute Doll magazine. Thanks to Haute Doll my vision of fashion was enlarged and for the best! I finally saw it as another way to convey fashion with the doll.

Although in the past, the doll was and still is, the bearer of fashion messages, it was not until the middle of the 18th century that it was really at the coronation of King Louis XV in France with the two Pandora dolls. These dolls acted as models to promote the latest French fashion trends.

The very first doll I made was not one made of polymer paste, but one of fabric. It was created for a good cause, that of offering a “friend” to all children coming from families where domestic violence is omnipresent. The organization that organized this contest provided us with only the basic pattern of the doll with fairly strict manufacturing rules, such as the fabrics to be used. For the rest, we were free to do what we liked.

I admit for a first effort, I was more than delighted with the final result, although I did not win any of the three prizes offered. The experience was enriching and especially for a good cause. In the near future, I look forward to remanufacturing again.

Mon parcourt dans le monde de la poupée est particulier. En 2001, je me suis mariée et j’étais à la recherche d’une robe de robe mariée…et quelle est la première étape pour trouver la robe de ses rêves? Et bien, c’est par les revues spécialisées dans le mariage. Pour faire une histoire courte, du moment où je me suis procurée plusieurs revues sur les préparatifs d’un mariage, une revue de poupée avait piqué ma curiosité. Ce magazine était le Barbie Bazaar. Un magazine qui m’a permis de comprendre le fabuleux monde des collectionneurs des poupées Barbie. Un univers fascinant, excitant et sérieux. 

Quelques années après, un autre magazine venait de faire son apparition : le magazine Haute Doll. Grace à Haute Doll ma vision de la mode c’était agrandit et pour le mieux! J’y voyais enfin une autre façon de véhiculer la mode avec la poupée.

Bien que dans le passé, la poupée était et les toujours, porteuse des message mode, ce n’est pas avant la moitié du 18e siècle qu’elle le fut réellement au couronnement du roi Louis XV en France avec les deux poupées Pandore. Ces poupées agissaient à titre de mannequin afin de promouvoir les dernières tendances modes françaises.

La toute première poupée que j’ai réalisée ne fut pas une en pâte de polymère, mais une en tissu. Elle fut créée pour une bonne cause, celle d’offrir un ‘’ami’’ à tous les enfants venant de familles ou la violence conjugale est omni présente. L’organisme qui organisait ce concours nous fournissait que le patron de base de la poupée avec des règles de fabrication assez stricts, comme les tissus à utiliser. Pour le reste, nous étions libres de faire ce qui nous plaisait.

J’avoue pour un premier effort, j’en fut plus que ravie du résultat final, malgré que je n’aie pas gagné aucun des trois prix offerts. L’expérience était enrichissante et spécialement pour une bonne cause. Dans un futur rapproché, je compte bien de me remettre à refabriquer.